l’Agefi: Sortie après l’accession à l’étape industrielle

Par Sébastien Ruche – l’Agefi

SEC Partners – L’acteur genevois du private equity cède sa participation dans Helvetia Environnement. Reprise par la famille fondatrice et la direction.

La société genevoise de private equity SEC Partners cède sa participation dans Helvetia Environnement, cinq ans après être entrée au capital. Le spécialiste de la gestion des déchets en Suisse romande est repris par son management et sa famille fondatrice, après avoir atteint un stade industriel.

Helvetia Environnement a récemment fait l’actualité des médias genevois, pour l’incendie qui a touché sa filiale Sogetri à Carouge, la semaine dernière. En cinq ans, Helvetia Environnement a doublé son chiffre d’affaires, pour revendiquer la place de leader sur le marchéromand de la gestion de déchets (et figurer dans le top 5 à l’échelle nationale).

«Nous avions analysé le besoin de consolidation du secteur dès notre entrée dans ce dossier, se souvient Jean-Guillaume Benoit, associé chez SEC Partners, la société de private equity qui vient de céder sa participation dans Helvetia Environnement. En 2010, le secteur de la gestion de déchets était très fragmenté, avec une multitude de petits acteurs présents dans les différents cantons. Nous pensions que le renforcement des exigences réglementaires et les attentes de plus en plus importantes des clients en matière de traçabilité et d’impact carbone allaient provoquer cette consolidation.» Une course à la taille critique s’est donc engagée dans le secteur de la gestion des déchets.

Devenu premier actionnaire du groupe (à 50%) en janvier 2010, aux côtés de la famille fondatrice (les Chavaz, actifs dans les gravières et le transport) et d’un nouveau management, SEC Partners a accompagné la nouvelle direction dans sa prise de fonction au sein du groupe Helvetia Environnement, holding détentrice des cinq sociétés opérationnelles du groupe à l’époque, afin de mettre en place une direction générale couvrant l’ensemble des activités du groupe.

Présent à Genève et dans le canton de Vaud, le groupe réalisera cinq acquisitions depuis 2011, avec une accélération des opérations ces deux dernières années. Actif dans trois métiers (collecte, tri et production d’énergie), il achète par exemple en 2010 LémanBio Energie, un spécialiste genevois du traitement des huiles végétales, qui acquiert à son tour son concurrent vaudois Eco Energie Etoy, basé à Etoy (VD), l’année suivante. Le groupe s’implante aussi dans le canton de Fribourg, à Bulle. Des investissements sont également consentis dans les équipements (camions, broyeuses, centres de tri), à hauteur de plusieurs millions par an.

«Nous avons investi dans une société familiale, reposant sur des bases solides, avec l’objectif de l’accompagner jusqu’au stade de groupe industriel intégré», poursuit Jean-Guillaume Benoit, qui souligne le soutien continu de Crédit Suisse et d’UBS dans le développement puis la cession d’Helvetia Environnement. Le montant payé par la famille et la direction dans le cadre de cette reprise n’a pas été communiqué.

Dans un marché européen de la gestion du déchets dominé par les grands acteurs, le groupe genevois aurait pu être cédé à un opérateur alémanique d’envergure nationale, voire à des sociétés étrangères. Des discussions ont eu lieu, mais le management souhaitait rester indépendant (avec le soutien des banques sur ce point) et la famille fondatrice s’est montrée intéressée à remonter dans le capital.

L’article en .pdf