Le Temps: Les cliniques Adent reprises par Hesira

Par Marie-Laure Chapatte – Le Temps

Sous la houlette de son propriétaire SEC Partners, en quatre ans, la chaîne a doublé son chiffre d’affaires à quelque 30 millions de francs. Avec cette cession, la firme de private equity genevoise réalise sa première sortie. Elle conserve trois participations dans d’autres sociétés romandes

Adent s’est offert une couronne. Le groupe de cliniques dentaires basé à Ecublens (VD) est passé en mains britanniques. Son actionnaire majoritaire, la société genevoise de capital-investissement SEC Partners, a annoncé mardi la vente de la chaîne à Hesira, un groupe basé à Londres soutenu par le fonds américain Oaktree Capital. Le groupe possède déjà des cliniques en Pologne et en Hollande.

Première chaîne romande en termes de revenus devant Ardentis, Adent compte plus de 220 collaborateurs dans les 9 cliniques et le laboratoire qu’elle exploite, à Genève, sur Vaud et en Valais. Depuis sa reprise en 2010, elle a vu son chiffre d’affaires doubler, à quelque 30 millions de francs. Le montant de la transaction n’est pas dévoilé. Il satisfait Jean-Guillaume Benoit, associé chez SEC Partners: «En tant qu’investisseur, cette opération est un succès.»

Choix du management

Pourquoi Hesira a-t-il été privilégié? «Cette holding amène un projet industriel porté par son dirigeant Malcom Hughes, qui fut le fondateur d’une des premières chaînes britanniques, Oasis Dental. Ce projet comprend l’accélération du développement en Suisse romande et un déploiement outre-Sarine. Ensuite, la direction actuelle d’Adent, qui reste en place, avait clairement montré sa préférence pour cet investisseur», poursuit l’associé.

Les autres actionnaires d’Adent, comme le fondateur Philippe Gerber, ont également vendu leur part. Pour SEC Partners, fondée en 2009, il s’agit de la première «sortie». La société d’investissement conserve ses trois autres participations, dans Helvetia Environnement, les fit­ness Silhouette et le groupe de construction Bernasconi. «Mais une des sociétés devrait être reprise par son management d’ici à la fin de l’année», glisse Jean-Guillaume Benoit.